Launedalgerie

La présidente du CNDH satisfaite des conditions de la mise en garde à vue

Envoyer PDF
La présidente du Conseil national des droits de  l'Homme (CNDH), Fafa Benzerrouki Si Lakhdar, s'est félicitée mercredi des  conditions mises en place pour préserver la dignité des personnes mises en  garde à vue dans le cadre de la mesure de garde à vue au niveau des centres de sûreté nationale.

A l'issue de la visite d'une délégation du CNDH dans les centres de garde  à vue de la sûreté de la wilaya d'Alger en application du mémorandum  d'entente signé novembre 2017 entre le CNDH et la Direction générale de la  sûreté nationale (DGSN) et relatif à la préservation des droits des personnes placées en garde à vue conformément aux nouvelles  réglementations, Mme Ben Zerrouki Si Lakhdar s'est félicitée des efforts  consentis par la Sûreté nationale  en matière de respect des droits de  l'Homme pour cette catégorie.

Durant cette visite, la présidente du CNDH a pris acte des différents  points positifs constatés au niveau de ces centres, notamment l'aménagement  de cellules pour les hommes, d'autres pour les femmes, et des cellules pour les enfants mineurs, outre l'aménagement de salles pour les avocats.

Mme. Benzerrouki Si Lakhdar s'est dite également satisfaite du recours  des services de la sûreté aux nouvelles technologies, à l'instar de la saisie des données relatives à la durée de la mise en garde à vue, ce qui  permettra d'éviter a-t-elle dit "tout dépassement" en signifiant aux  personnes placées en garde à vue la date du procès, ou le prolongement de  la garde à vue conformément à la loi.

Ces mesures s'inscrivent dans le cadre de l'application des dispositions  du Code de procédure pénal et de la Constitution, qui prévoit dans son  article 60, qu'en matière pénale, la garde à vue est soumise au contrôle  judiciaire et ne peut excéder quarante-huit heures. La personne gardée a le droit d'entrer immédiatement en contact avec sa famille et doit être aussi  informé de son droit à entrer en contact avec son avocat.  La prolongation  du délai de garde à vue ne peut avoir lieu, exceptionnellement dans les  conditions fixées par la loi.

A l'expiration du délai de garde à vue, il est obligatoirement procédé à  l'examen médical de la personne retenue si celle-ci le demande et dans tous  les cas, elle est informée de cette possibilité.
La présidente du CNDH se félicite des conditions relatives à la mise en garde à vue
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir



Convertisseur Devises

Les Plus populaire


UneActusAlgérie-infosContactArticles BenalalfacebookTwitter