Launedalgerie

La BA met en garde contre la baisse de la résilience de l’économie face aux chocs externes

Envoyer PDF
Le Gouverneur de la Banque d’Algérie (BA) Mohamed Loukal a mis en garde, lundi devant l’Assemblée populaire nationale (APN), contre la baisse de la résilience de l’économie nationale face aux chocs externes.

"La forte baisse des réserves de change observée en 2017 réduit la marge de résilience face aux chocs externes", a-t-il averti en présentant aux députés le rapport sur l’évolution économique et monétaire de l’Algérie en 2016 et 2017.

Cela "rend nécessaire une consolidation des efforts pour accroître l’offre locale de marchandises afin d’assurer la soutenabilité de la balance des paiements à moyen terme et freiner l’érosion des réserves de changes" ,  a-t-il préconisé.

Les réserves de changes du pays ont reculé de 16,8 milliards (mds) de dollars  en 2017 passant de 114,1 mds de dollars à fin 2016 à 97,3 mds de dollars à fin 2017.
Loukal a expliqué cette baisse par à une baisse effective de la balance des paiements mais aussi par "les variations des taux de change du dollar et de l’Euro" .

Il a fait savoir que le taux de change de la monnaie nationale a reculé de 15,36% par rapport à la monnaie européenne en 2017 contre une croissance de 0,59% en 2016.

"En réalité, ce n’est pas la valeur du dinar qui a baissé mais c’est l’euro qui a fortement progressé face au dollar en 2017 ", a-t-il expliqué aux députés.

L’année 2017 a enregistré une croissance économique de 2,2% en 2017 (contre 3,3% en 2016) en dépit d’un recul important de la cadence de croissance du secteur des hydrocarbures.

Le déficit  global de la balance des paiements a été quant à lui de 23,3 mds usd en 2017 contre 26,3 mds usd en 2016.
Le prix moyen du baril de pétrole algérien est passé de 45 dollars en 2016 à 53,97 dollars en 2017.

Revenant sur les efforts consentis par la BA ainsi que par les banques de la place pour renforcer le financement de l’économie nationale, M. Loukal a noté que les crédits à l’économie ont progressé de 12,3% en 2017 par rapport à 2016, passant à 8.883 milliards de DA.

Par ailleurs, la masse monétaire circulant hors circuit bancaire a reculé en 2017 par rapport à 2016.

"La monnaie fiduciaire en circulation est estimée à environ 4.780 mds de DA dont 1.500 mds de DA à 2.000 mds de DA représentent l’argent thésaurisé des agents économiques",a-t-il précisé.

"Cela montre clairement la nécessité que les banques commerciales introduisent la collecte de ces ressources considérables circulant hors les banques comme étant une priorité", a-t-il encore préconisé.

Et en dépit d’un recul de 8% des dépôts du secteur des hydrocarbures, les dépôts bancaires ont progressé dans l’ensemble en 2017 pour se situer à 9.602 mds de DA, selon M. Loukal.

Quant à la liquidité bancaire, qui a reculé de 821 mds de DA à fin 2016 à 512 mds de DA à la fin septembre 2017, elle a augmenté durant le dernier trimestre de l’année pour atteindre 1.400 mds de DA à fin 2017.

Revenant sur l’inflation, qui a atteint 5,6% en 2017, contre 6,4% en 2016 et 4,8% en 2015, il a imputé cette progression de l’inflation à "la faiblesse de la concurrence, de l’organisation et du contrôle au niveau de plusieurs marchés de biens et de services dont certains sont marqués par des situations de monopoles" .
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir



Convertisseur Devises

Les Plus populaire


UneActusAlgérie-infosContactArticles BenalalfacebookTwitter